PUBLICATION DU RAPPORT ANNUEL SUR L’INCLUSION BANCAIRE ET FINANCIERE EN TUNISIE

Composante majeure de l’inclusion sociale, l’inclusion financière représente un enjeu économique et social majeur pour notre économie. Elle fait désormais partie des priorités des décideurs politiques, car elle est aujourd’hui et plus que jamais un moteur de la croissance inclusive et donc un facteur de progrès économique des pays. Les recherches du Groupe de la Banque mondiale révèlent également une corrélation directe entre l’accélération du rythme des réformes et le renforcement de leur impact et l’adoption d’une stratégie nationale pour l’inclusion financière. En Tunisie, bien que les services financiers se soient considérablement améliorés, de nombreux individus et entreprises sont encore exclus des systèmes financiers formels.

C’est dans ce cadre que l’IACE publie la première édition du rapport annuel sur l’inclusion bancaire et financière en Tunisie, dont la présentation aura lieu au Siège de l’UTICA le Jeudi 08 mars. Ce rapport implique en profondeur l’IACE dans l’accompagnement des efforts des autorités monétaires et budgétaires dans la mise en œuvre de la nouvelle stratégie d’inclusion financière en Tunisie et met l’inclusion financière au centre de la réflexion pour lutter contre la marginalisation et œuvrer pour une croissance plus inclusive.

Le rapport dresse une évaluation de l’inclusion bancaire et financière à l’échelle nationale et régionale. De ce fait, une enquête a été menée auprès de 600 particuliers, 400 PME et 165 agences et/ou succursales bancaires et un indice composite de perception de l’inclusion financière a été calculé, couvrant trois sous-indices : la pénétration des comptes bancaires, l’usage des services de paiements, l’Epargne et crédit

PRINCIPAUX RESULTATS :

Pour la période d’étude, l’inclusion financière est jugée « faible » à l’échelle nationale avec un indice composite (IFI-N) égal à 0,284. Cette situation est largement expliquée par la faiblesse du score du sous-indice de disponibilité de services financiers (0,275), bien que les sous-indices d’usage de services bancaires et de pénétration bancaire sont jugés « moyens à modérés » avec des scores respectifs de (0,319) et (0,476).

DISPARITES REGIONALES :

Cette situation contraste néanmoins avec des disparités régionales. C’est ainsi que l’indice composite d’inclusion financière régionale (IFI-R) est jugé au contraire     « relativement élevé » dans la région du nord-est avec un score de l’ordre de 0,509, « moyen à modéré » dans la région du centre-est avec un score de 0,405 et « faible » dans les autres régions à des degrés divers : 0.138 dans le nord-ouest, 0.107 dans le centre-ouest et seulement 0.086 dans le sud-ouest.

Télécharger le résumé des principaux résultats

Télécharger le rapport sur l’inclusion financière et bancaire

LAISSER UN COMMENTAIRE